Les soft skills reviennent en force : pourquoi ?

soft skills en force
Sommaire

En matière de soft skills, les études ne manquent pas. L’étude sur le recrutement en 2017 de RégionsJob estimait déjà que plus de 99% des DRHs seraient “inflexibles” par rapport aux soft skills attendues des candidats, plus que vis-à-vis du diplôme. 

Aujourd’hui, les soft skills connaissent un vrai succès dans le cadre des procédures de recrutement et de formation. Pourquoi les softs skills sont aussi importantes en 2023 ? Explications.

Les soft skills, ces compétences humaines indispensables à l’entreprise

Les soft skills, “compétences comportementales” ou “savoir-être” continuent à préoccuper les DRHs et responsables formation. Opposées au hard skills, on considère souvent que ces compétences techniques acquises dans un cadre scolaire ou professionnel incarnent le principal facteur de la réussite professionnelle.

Cette tendance se confirme et se renforçait déjà ces dernières années, où le contexte est particulier :

  • L’installation du télétravail réclame de nouvelles compétences de la part des employés. Il faut apprendre à développer de nouvelles formes de socialisation derrière les écrans, pour ne pas souffrir de la solitude. Il faut aussi savoir s’organiser seul, en autonomie, sans les impératifs horaires du travail sur site. Il faut, enfin, développer des facultés de gestion du stress.
  • La tendance à la valorisation des politiques RSE (responsabilité sociétale des entreprises) montre que les parties prenantes et les clients attendent de nouveaux comportements de la part des sociétés. Ils espèrent une prise de responsabilité de l’entreprise quant aux conséquences sociétales de ses activités, laquelle ne peut se passer de soft skills. Le sens de l’éthique, l’optimisme, les capacités d’anticipation, l’honnêteté sont donc autant de compétences comportementales qui ont le vent en poupe. C’est eux qui permettront de développer un climat de confiance avec des consommateurs et clients exigeants. 

Les soft skills pour répondre aux évolutions sociétales des dix années à venir

Valoriser les soft skills dans ses choix de formation, c’est aussi anticiper les tendances qui marqueront les ressources humaines dans le futur. 

Premier point : dans un marché concurrentiel, l’offre ne suffit pas toujours à se différencier. C’est dans ce cas la qualité du service client, et notamment le sens de l’accueil, de l’écoute et de la diplomatie des collaborateurs qui différencient une société de sa concurrente. 

Investir dans la formation à certaines soft skills, c’est aussi rationaliser ses budgets en pensant à long terme. Les compétences techniques doivent nécessairement se renouveler avec le temps, pour s’adapter à la complexification permanente des processus de fabrication. Les soft skills dans lesquelles vous investissez aujourd’hui, elles, gardent leur valeur ajoutée dans le temps. 

Miser sur les soft skills, c’est également accompagner la digitalisation des métiers, et anticiper leur robotisation. Rappelons que selon une étude Oxford sur le futur de l’emploi, 47% des métiers sont amenés à se voir remplacés par des machines d’ici 20 ans. La probabilité atteint même 95% pour des postes comme secrétaires, employés de banques, réceptionnistes, caissiers, comptables, ou encore télémarketeurs. Leurs compétences techniques pourront être prises en charge par des robots, mais aussi par l’intelligence artificielle. 

Ce qui permettra aux collaborateurs concernés de rester sur le marché de l’emploi et de s’y épanouir relèvera donc des soft skills. Les machines ne peuvent effectivement pas faire preuve de compétences comportementales. Toutes les qualités qui différencient l’homme du robot vont donc gagner en valeur dans le domaine de la formation. Place à des savoir-être comme l’empathie, l’intuition et la créativité.

▶️ Regarder la conférence La montée des soft skills face aux mutation du travail

Les 5 soft skills à investir dès maintenant

Il suffit de taper soft skills sur Google pour tomber sur des top-lists des compétences comportementales les plus recherchées. Nous avons choisi de privilégier ici une courte liste de savoir-être que nous jugeons en phase avec les évolutions sociétales en cours : 

1 / Savoir s’organiser en toute autonomie 

Cette soft skill devient indispensable dans les sociétés qui ont apprivoisé le télétravail et qui l’ont intégré dans leur fonctionnement à long terme. La gestion du temps, la capacité à gagner en autonomie dans la réalisation de ses missions ne relèvent pourtant pas de l’inné pour tous les collaborateurs. Les plans de formation peuvent donc accompagner les employés dans l’acquisition de certaines compétences, comme la priorisation des tâches, la planification, l’anticipation des moyens et des ressources nécessaires. 

2 / S’adapter aux évolutions et aux inattendus 

La crise sanitaire due à la COVID-19 s’apaise, sans être vraiment résolue. Force est de constater que les entreprises restent dans le flou concernant le futur de leur organisation du travail, entre télétravail, hybride et travail sur site. La capacité à réagir avec agilité aux changements relève donc d’une vraie soft skill à valoriser et à nourrir, notamment chez les managers. Il faut pouvoir accueillir les problèmes sans trébucher et composer avec les éventuels départs et embauches. 

3 / L’intelligence émotionnelle

Qui dit environnement évolutif dit aussi variations psychologiques. Les sociétés peaufinent leurs mécanismes de détection du mal-être au travail, mais ça ne suffit pas toujours. Les collaborateurs capables de repérer le stress et le surinvestissement chez leurs confrères doivent être valorisés. C’est aussi le cas, d’ailleurs, des salariés capables d’un important recul sur eux-mêmes pour identifier leur malaise, et être capable de le remonter à leurs managers. Les formations qui apprennent le langage des émotions en entreprise, qui aident à nourrir l’empathie des participants et leur capacité à réguler leurs émotions doivent donc être investies.

Julie Michel - Skills Mag
Julie Michel
Julie Michel
Rédactrice web spécialisée dans le référencement naturel, je baigne dans le milieu de la communication depuis bientôt 10 ans. Diplômée de Sciences Po Lille en Communication Corporate, j'ai aussi été formée au management des ressources humaines. C'est donc naturellement que je me suis intéressée au secteur de la formation et à ses problématiques.

Abonnez-vous à notre newsletter

Sur le même sujet

L&D
Le podcast learning en entreprise - Skills Mag
Le podcast learning est-il fait pour mon entreprise ?

Alors que les radios FM perdent des millions d’auditeurs depuis 2018, les podcasts enregistrent un succès croissant auprès des Français. Harris Media considère ainsi que 5,8 millions de Français écoutent un podcast au moins une fois par semaine.

Ce revirement marquant dans la consommation de l’audio doit-il influencer vos programmes de formation ? Il y aurait en tout cas bien des avantages à s’inscrire dans les habitudes des apprenants. 82% des Français écoutent chaque jour de l’audio informatif, autant que la formation en profite avec le podcast learning.

L&D
Développer le peer-training - Skills Mag
Pourquoi et comment développer le peer training ?

Le peer training, ça vous parle ? Vous le pratiquez probablement déjà… sous forme de brainstorming !

Cette traduction du français “formation entre pairs”, ou “par les pairs”, consiste à se baser sur les collaborateurs pour en former d’autres. Cette approche de la formation vise à partager des connaissances, des compétences, des bonnes pratiques et du vécu. Avantage : les participants sont acteurs de la formation, et se nourrissent les uns les autres. Encore faut-il trouver les sujets et les formats les plus propices à la démarche.

L&D
Tendances formations professionnelles internes en 2024 - Skills Mag
Formations et formats les plus prisés pour vos collaborateurs en 2024

Où va le monde de la formation en 2024 ? Faut-il faire toujours plus court, toujours plus ludique ? Les soft skills restent-elles en tête des choix des candidats ? Voici ce qu’on peut vous dire sur les Formations et formats les plus prisés pour vos collaborateurs en 2024.

Une chose est sûre : l’offre de formations s’annonce pratico-pratique. A l’heure où les responsables de formation doivent proposer autant de possibilités (voire plus), tout en ayant moins de budget, il va falloir viser malin. Mais viser quoi ?

Partez à la recherche de nouvelles compétences !

Événements & Webinaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *